Rage

La rage

La rage est une maladie causée par un virus qui provoque une encéphalite chez l'animal (y compris l'homme). Les carnivores sont surtout touchés. La présentation habituelle est celle d'un animal présentant des symptômes nerveux, parfois une agressivité bien qu'il existe aussi des formes plus frustes où l'animal est particulièrement calme.

Entre 40 000 et 70 000 personnes décèdent de la rage chaque année dans les pays d'Afrique et d'Asie, où la maladie est endémique.

Description du virus

La rage est causée par un virus de la famille des Rhabdoviridae et du genre Lyssavirus. Ce sont des virus enveloppés, leur génome est une molécule d'ARN (acide ribonucléique) de polarité négative de forme hélicoïdale. À ce titre (virus enveloppé), ils présentent une grande sensibilité aux agents physico-chimiques de désinfection et donc une faible résistance dans le milieu extérieur (le virus ne suporte pas les températures a 38 à 40 degrés, il devient inactif en peu de temps cependant une fois dans un organisme il est protégé).

Le virus de la rage infecte tous les mammifères. Il a un tropisme nerveux, et en particulier le système nerveux central (SNC), ce qui explique les troubles observés. Quel que soit le traitement, la mort est inéluctable une fois les signes cliniques déclarés.

Transmission et symptômes

Un animal infecté par le virus de la rage peut commencer à l'excréter jusqu'à 15 jours avant les premiers signes cliniques. Le virus est alors présent dans toutes les sécrétions de l'animal, y compris dans ses fèces. Vu sa fragilité dans le milieu extérieur, l'entrée du virus dans l'organisme ne se fait que par le biais d'une effraction de la peau ou par les muqueuses buccales ou oculaires.

La transmission in-vitro peut aussi se faire par voie aérosol, via les muqueuses ; c'est, par exemple ce qui se passe dans les cavernes habitées par des chauve-souris enragées : on a relaté deux cas de spéléologues ayant contracté la rage après avoir été en contact avec des aérosols provenant de chauve-souris enragées… De façon plus rare, la transmission peut aussi intervenir dans une chirurgie par transmission cornéenne.

La rage se transmet le plus souvent par morsure, mais peut aussi être transmise par simple léchage. Après une infection humaine, le virus pénètre (directement ou indirectement) le système nerveux périphérique. Il voyage alors le long des nerfs vers le système nerveux central. Pendant cette phase il ne peut pas être facilement détecté par le système immunitaire de l'hôte, et la vaccination peut toujours conférer une immunité. Une fois que le virus atteint le cerveau, il provoque rapidement une encéphalite et les symptômes apparaissent. Il peut aussi infecter la moelle épinière, provoquant une myélite.

La période d'incubation est le plus souvent de trois à douze semaines mais peut atteindre deux ans. Chez l'animal, les symptômes dépendent de l'espèce concernée. Typiquement, on observe une ataxie (incoordination des mouvements) généralisée, de l'hyperesthésie, des douleurs cervicales, une hypersalivation marquée et parfois des convulsions des muscles faciaux (en particuliers des masséters). Dans le cas des carnivores, un comportement anormalement agressif peut être observé mais n'est pas systématique. Dans ce cas l'animal cherche à mordre tout objet se situant à proximité de sa tête, et ne lâche pas prise après morsure.

L'aboiement d'un chien enragé est spécifique, bitonal.

On recherche ainsi systématiquement à écarter en première intention la rage lorsqu'un chien vient en consultation avec des troubles nerveux. On observe chez l'homme des troubles des fonctions cérébrales supérieures, anxiété, confusion, agitation, jusqu'à atteindre le delirium, les troubles du comportement, les hallucinations et les insomnies. La production de grande quantité de salive et de larmes avec difficulté de déglutition sont typiques des phases avancées. Spécifiquement chez l'homme se développe également en fin d'évolution une hydrophobie : la vue de liquide provoque une peur non raisonnable, alors que le contact entraîne des sensations de brûlures insoutenables. La mort, inévitable, survient de deux à dix jours après les premiers symptômes.

Prévention et traitement

La rage est une maladie presque constamment mortelle chez l'homme lorsqu'apparaissent les premiers signes. Les cas de survie sont tout à fait exceptionnels. Au contraire, la vaccination anti-rabique pratiquée entre la contamination et l'apparition des premiers signes est très efficace.

Traitement préventif

Un vaccin préventif contre la rage existe. Il est inoculé aux personnes dont l'activité est un facteur de risque d'infection. Les vétérinaires ou les personnes se rendant dans certains pays comme l'Inde en sont des exemples. Ce vaccin préventif ne dispense pas d'une vaccination curative.

Vaccination curative

On peut prévenir la maladie à condition de s'y prendre avant que n'apparaissent les premiers signes, c’est-à-dire pendant la période d'incubation, en appliquant une vaccination curative comme l'a démontré Louis Pasteur en 1885.

Sachant que la maladie se transmet le plus fréquemment par morsure, mais parfois aussi par léchage d'une blessure ou par une griffure, et qu'il s'écoule entre deux et huit semaines avant qu'elle ne se déclare, cela laisse un temps de réaction. En fait la durée de l'infection dépend de la dose de virus inoculée, de la localisation de la morsure (plus elle est proche d'une zone riche en terminaisons nerveuses, plus vite la maladie se déclare) et de la gravité de la plaie.

Des rappels doivent être fait régulièrement. Il est utile de retirer autant que possible le matériel infecté après la morsure s'il y a lieu.

Lorsque la maladie se déclare sans vaccination préalable, elle est le plus souvent synonyme de mort : en effet, il n'y a que cinq cas connus de malades ayant survécu grâce à une vaccination après l'apparition des symptômes.

Cependant fin 2004, à Wauwatosa dans le Wisconsin, un traitement expérimental a permis de sauver sans vaccination une jeune adolescente américaine contaminée par une chauve-souris. Le traitement consiste à plonger le patient dans un coma artificiel pour ralentir la progression de la maladie et à lui administrer un traitement médical intensif.

Conduite à tenir en présence d'un cas de rage ou de suspicion de rage

Il faut signaler immédiatement tout cas de rage à l'autorité administrative locale. Tout chien mordeur doit être considéré comme suspect de rage. (prévenir le vétérinaire ou la Direction départementale des services vétérinaires)

Conduite à tenir à l'égard du chien mordeur

Il est très important de savoir que quelques jours avant la constatation de tout symptôme de la maladie, le chien qui devient dangereux est capable par sa morsure de transmettre la rage. Aussi est-il nécessaire de le garder en observation pendant au moins 15 jours. En fourrière, le chien doit être nourri et abreuvé. Après quelque temps, si le chien est enragé, il mourra dans les dix jours. Tout chien ayant mordu une personne, même s'il ne présente aucun signe de rage, doit être placé en observation. Au cours de cette période d'observation, si les signes de la maladie apparaissent, la rapide évolution du caractère fatal du mal permettent d'établir le diagnostic. Il ne faut pas sacrifier un chien mordeur comme on est tenté de le faire. Par prudence, celui ci peut priver ainsi la possibilité de savoir s'il était véritablement enragé...

Conduite à tenir à l'égard de la personne mordue

Lorsque les symptômes de rage apparaissent chez l'homme il est trop tard pour intervenir : la mort est la seule issue. C'est pourquoi il convient de respecter scrupuleusement les recommandations suivantes :

Lorsqu'une personne est mordue, soit très profondément, soit en de nombreux endroits du corps, soit de face, soit à la tête, soit au cou, soit aux doigts, celle ci doit subir le traitement antirabique le plus tôt possible même si le chien mordeur ne présente pas de signes de rage et même s'il n'a pas été au contact d'un chien enragé. Cette personne mordue doit faire saigner abondamment la plaie puis désinfecter la plaie avec un antiseptique (du permanganate de potasse, par exemple) et prendre immédiatement les antibiotiques appropriés, puis aller dans un centre de santé afin de se faire administrer le sérum anti-tétanique et le vaccin antirabique .

Zones infectées

La maladie tuerait entre 40 000 et 70 000 personnes chaque année à travers le monde et ces chiffres doivent être considérés comme alarmants. 

 

En France, les derniers cas de rage sur des êtres humains, remontent à 1924, cependant des voyageurs peuvent être contaminés à l'étranger, dans les pays à risques, et revenir malades. La maladie était considérée comme disparue depuis le début de l'année 2001, bien que :

  • La maladie subsiste encore dans un réservoir animal représenté en particulier par quelques renards du nord et de l'est de la France, et par les chauve-souris, mais il est fort peu probable que ces animaux transmettent le virus à l'homme.
  • Il y a un risque permanent provenant des animaux, en particulier les chiens, importés illégalement, des pays de l'Europe de l'Est et du Maroc, malgré la sanction prévue d'être condamné à cinq ans de prison et 75 000 euros d'amende.

Lors de l'été 2004, une petite chienne, nommée Tiki, importée illégalement du Maroc, le 11 juillet, comme souvenir de séjour, a fait souffler un vent de panique dans le sud-ouest de la France. Morte le 21 août, trois jours après avoir manifesté les premiers signes de la maladie, la chienne aurait pu contaminer d'autres animaux ou des humains, avec qui elle avait été en contact lors de des nombreux déplacements de son propriétaire dans la région. Sous l'effet de la maladie, elle aurait causé des morsures à plusieurs reprises. Finalement l'ensemble des personnes et animaux menacés ont pu être retrouvés et la menace circonscrite.

Déclaration obligatoire

En Belgique et en France, cette maladie est sur la liste des maladies infectieuses à déclaration obligatoire.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : 18/10/2015

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site