Puces ou Siphonaptera

Les puces ou Siphonaptera

L'ordre des siphonaptères (Siphonaptera, du latin sipho « tube ») anciennement dénommés aphaniptères (Aphaniptera) sont des insectes ptérygotes holométabole, caractérisé par l'existence d'une trompe. Les puces sont des petits insectes ectoparasites. Elles infectent les mammifères (dont l'Homme) et quelques oiseaux, et vivent du sang de leurs porteurs. Près de 2 500 espèces sont décrites à ce jour, réparties en 239 genres et 15 à 16 familles selon les auteurs et 5 super familles. Les espèces les plus courantes sont:

  • Ceratophyllus gallinae : la (puce du poulet)
  • Ctenocephalides felis : la (puce du chat)
  • Ctenocephalides canis : la (puce du chien)
  • Pulex irritans : la (puce de l’homme)
  • Tunga penetrans : la puce-chique
  • Xenopsilla cheopsis : la (puce du rat)

Description

Ce sont les puces, ptérygotes très particuliers dont les affinités avec les autres groupes sont indistinctes. Les Siphonaptères sont aptères, sauteurs, piqueurs et vivent en contact étroit avec leur hôte : ils sont parasites externes de nombreux vertébrés, se nourrissant de leur sang (homme, oiseaux et mammifères). Les maxilles sont fortes et vulnérantes avec le labre; les palpes maxillaires sont longs, les mandibules inexistantes. Leur identification se base sur le stade adulte. L'adulte mesure de 2 à 6 mm de long (et peut même aller jusqu'à 8mm), c'est un insecte sans ailes ni queue.

Cycle biologique

Les puces passent par quatre stades de développement: œuf, larve, nymphe, et adulte. La durée du cycle biologique dépend de l'espèce en cause, de la température, de l'humidité et de l'accès à la nourriture. En fonction des conditions, une puce peut parvenir au stade adulte entre deux à plusieurs mois.

Développement

Après chaque repas sanguin, les puces femelles pondent de quatre à huit œufs ronds, à coque lisse, de couleur blanchâtre. Si leur texture est collante, les œufs peuvent se répandre facilement en tombant. L'œuf éclot après quelques jours et il en sort une larve en forme de ver qui, chez les espèces d'hôtes habituels, mesurent environ 1,5 mm. Elle se nourrit de débris organiques, de dépouilles larvaires et du sang séché se trouvant dans les excrétions des puces adultes. Au repos elle se fixe solidement aux poils ou sur des fibres à sa disposition en évitant la lumière. La larve se recouvre de poussières, de fibres, de grains de sable, et de débris organiques et, sous ce revêtement, elle se tisse un cocon avec la soie fournie par ses glandes labiales. Dans cet abri, la larve, d'abord blanche, brunit de plus en plus et se métamorphose en adulte. La puce adulte peut rester enfermée pendant plusieurs mois dans son cocon, jusqu'à ce que des conditions propices, comme une augmentation de la température et des concentrations de dioxyde de carbone, favorisent son émergence. Elle est sensible aux vibrations.

Impacts des puces

Les Tungidae (Pulicoidea) ou « puces chiques » sont des parasites permanents à l’état adulte : les femelles s’enfoncent dans la peau, généralement des pieds, se gorgent de sang, développent une volumineuse ponte qui se répand à la mort de la femelle. Les puces transmettent la peste d’un rongeur à l’autre (cycle sauvage) mais il arrive que le bacille pesteux (Yersinia pestis) passe accidentellement à l’homme et provoque, avant les antibiotiques, des épidémies catastrophiques. Les principales espèces impliquées dans la transmission de la peste sont : Xenopsylla cheopis, Xe. brasiliensis, Nosopsyllus faciatus et en Asie Xe. astia. Le rôle de Pulex irritans est controversé.

 

Culture

La puce est un animal parasite de l'homme et de ses animaux de compagnie. Elle peut transmettre la peste (puce du rat), le typhus. Les animaux domestiques infestés sèment des œufs de puces partout. Ces œufs attendent des conditions favorables pour éclore tous ensemble, le phénomène s'appelle puces de parquet.

3 votes. Moyenne 3.67 sur 5.

Date de dernière mise à jour : 18/10/2015

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site